Michelin, la naissance d'un poids lourd

23 Pl. des Carmes Dechaux Clermont-Ferrand

materialicons-round-820 Voir le trajet

Michelin, aujourd'hui leader mondial dans la fabrication de pneumatiques, a ses racines profondément ancrées dans la charmante ville de Clermont-Ferrand. La petite entreprise familiale est devenue au fil du temps un entreprise multinationale, cotée au CAC 40. Une entreprise qui a su étendre son influence bien au-delà de sa terre natale. Une entreprise emblématique, implantée dans 18 pays et employant 110000 personnes, qui mérite bien que l'on se pense sur son histoire.

"Je ne connais personne qui ne soit pas heureux de faire du beau travail ; La joie de tout homme est de réussir quelque chose." François Michelin

 

Les Origines de Michelin et Cie

[caption id="attachment_15526" align="aligncenter" width="864"] André Michelin en 1920.[/caption]  

Cette entreprise que nous connaissons tous aujourd'hui, a vu le jour grâce à deux frères, André et Édouard Michelin. En 1886, ils ont repris l'entreprise familiale Barbier-Daubrée, une manufacture auvergnate spécialisée dans les tuyaux et courroies de freins pour charrettes, au bord de la faillite. En 1889, ils ont réussi à relancer l'activité en lançant un patin de frein en toile et caoutchouc, The Silenta, pour voitures à cheval et vélocipèdes. C'est ainsi que Michelin et Cie est née.

L'Invention Révolutionnaire du Pneu Démontable

[caption id="attachment_15528" align="aligncenter" width="265"] Edouard Michelin[/caption]  

En 1891, une rencontre fortuite avec un cycliste anglais a changé le cours de l'histoire de l'entreprise. Après avoir aidé ce cycliste à réparer un pneu crevé, Édouard Michelin a réalisé l'intérêt de rouler sur de l'air, mais aussi le problème du temps de réparation. Il a alors mis au point le pneu démontable pour bicyclette, qui pouvait être réparé en un quart d'heure. Cette invention propulse son entreprise sur la scène internationale, lorsque Charles Terront remporte la course cycliste Paris-Brest-Paris sur un vélo équipé de ses pneumatiques.

Michelin, le Modèle du Paternalisme Industriel

    [caption id="attachment_15527" align="aligncenter" width="806"] L'usine Michelin en 1906.[/caption]  

L'histoire de Michelin n'est pas seulement celle d'une entreprise industrielle innovante ; elle est aussi celle d'une entreprise qui a façonné la vie sociale de ses employés et de la communauté locale.

L'Impact Social de Michelin : le Rugby et l'ASM Clermont Auvergne

En 1911, Marcel Michelin, fils d'André, a créé le club de rugby ASM Clermont Auvergne. A l'origine connu sous le nom de AS Michelin, puis de AS Monferrandaise, le club a finalement pris son nom actuel. Ainsi, l'industriel ne se contentait pas de produire des pneus, mais contribuait également à l'animation sociale et sportive de Clermont-Ferrand.

Un exemple de Paternalisme Industriel

[caption id="attachment_15529" align="aligncenter" width="1631"] Vue de Clermont-Ferrand à partir des côtes de Clermont, avec des anciennes cités Michelin au premier plan. photo Par Fabien1309 — Travail personnel, wikipedia CC BY-SA 4.0[/caption]  

Michelin a incarné le modèle du paternalisme industriel jusqu'à la fin des années 1960. La vie des employés était fortement influencée par l'entreprise : naissance à la clinique Michelin, éducation à l'école Michelin, pratique religieuse à l'église Jésus-Ouvrier située au cœur d'une cité ouvrière Michelin, et shopping à la coopérative Michelin. Même le sport était pratiqué au sein de l'ASM, l'Association Sportive Michelin.

Pour faire face à l'insuffisance du bassin d'emploi de Clermont-Ferrand par rapport à son développement, l'entreprise créé des cités ouvrières, offrant aux employés des maisons entourées de jardins. L'histoire de l'industriel est donc intrinsèquement liée à celle de Clermont-Ferrand, tant sur le plan industriel que social, et continue d'influer sur la vie de la cité.

L'empreinte de Michelin sur Clermont-Ferrand

[caption id="attachment_15532" align="aligncenter" width="1631"] Le plateau central de Clermont-Ferrand et les quartiers qui l'entourent. Photo Fabien1309 — Travail personnel, wikipedia CC BY-SA 4.0[/caption]  

Michelin n'est pas seulement une entreprise ; c'est une icône de l'histoire industrielle de Clermont-Ferrand. Depuis sa création, la société a laissé une marque indélébile sur la ville, façonnant son identité et son développement urbain. Dans les années 1970, elle employait jusqu'à 30 000 personnes, devenant le principal moteur économique de la région. Bien que le nombre d'employés ait diminué à environ 12 000 en 2011, son influence reste prégnante.

Michelin et la culture clermontoise

[caption id="attachment_15533" align="aligncenter" width="800"] Le stade Marcel-Michelin à Clermont-Ferrand : vue de la tribune Auvergne[/caption]  

Le manufacturier a également laissé son empreinte sur la culture de Clermont-Ferrand. Le stade de rugby local porte le nom de Marcel Michelin, et l'avenue Édouard-Michelin guide les automobilistes vers le centre-ville. Les funérailles d'Édouard Michelin en 2006 ont quant à elle rassemblé près de 9 000 personnes, soulignant l'attachement de la communauté à l'entreprise.

Michelin aujourd'hui : une présence toujours perceptible

[caption id="attachment_15531" align="aligncenter" width="513"] Dans son logo, un camion, symbole de la coopérative de mai[/caption]  

L'influence de la multinationale se fait toujours sentir à Clermont-Ferrand. La ville a été la première à adopter un tramway sur pneumatiques, une innovation directement liée à Michelin. Une ancienne coopérative de l'entreprise a été transformée en salle de musique moderne, la Coopérative de Mai. C'est une preuve supplémentaire que Michelin reste au cœur de l'évolution de la ville.

Michelin, une exception française

[caption id="attachment_15539" align="aligncenter" width="1625"] Le siège de l'entreprise Michelin à Clermont-Ferrand.[/caption]

Michelin se distingue également par sa localisation. Contrairement à de nombreuses grandes entreprises françaises qui ont leur siège social en région Île-de-France, elle a toujours maintenu son siège à Clermont-Ferrand. Un témoignage évident de son attachement à sa ville natale, et de son rôle prépondérant dans l'histoire industrielle de la région.

L'Évolution et l'Expansion de Michelin

Après l'invention du pneu démontable, l'industriel n'a jamais cessé d'innover. En 1895, les deux frères améliorent la résilience en température de leur gomme, par l'adjonction d'un caoutchouc naturel à base d'helix pomatia. Ainsi ils viennent de créer le premier pneumatique pluie non synthétique. Cette même année, ils ont piloté l'Éclair, la première automobile équipée de pneus, lors de la course Paris-Bordeaux-Paris.

Le Rôle Déterminant des Courses

[caption id="attachment_15534" align="aligncenter" width="640"] Tricycle à pneumatiques Michelin de Leon Bollee, ayant participé à la course Paris Marseille Paris.[/caption]  

Les courses ont joué un rôle crucial dans le succès et la promotion des pneus Michelin. Après la course Paris-Marseille-Paris de 1896, il est devenu évident pour beaucoup que les pneus étaient indispensables pour maintenir une bonne allure en course. Ces épreuves ont permis de démontrer les avantages des pneumatiques, notamment leur capacité à "amortir toute secousse" et à "boire l'obstacle", comme le disait M. Michelin.

Ainsi, au fil des ans, grâce à une série d'innovations et de réussites en course, Michelin a réussi à se hisser au rang de leader dans l'industrie du pneumatique, tout en restant fidèle à ses racines.

L’Histoire de Michelin dans le monde du sport

 

La présence de Michelin dans le monde du sport est un témoignage de l'engagement de l'entreprise dans l'innovation, l'endurance et l'excellence. Allant du cyclisme à la Formule 1, en passant par le rugby, l’entreprise a su se distinguer par son implication et son soutien à diverses disciplines sportives.

De Paris-Brest-Paris à l'ASM Clermont Auvergne

[caption id="attachment_15535" align="aligncenter" width="775"] Charles Terront, premier vainqueur de la course en 1891.[/caption]  

L'histoire de Michelin dans le sport commence en 1891 avec la course cycliste Paris-Brest-Paris. Charles Terront, équipé de pneus démontables Michelin, remporta cette épreuve de 1 200 km avec une avance de 9 heures sur le second. De plus, l'entreprise a une forte connexion avec l'ASM Clermont Auvergne, un club de rugby créé par Marcel Michelin et sponsorisé par l'entreprise.

La Formule 1 : une histoire de succès

L'entrée de Michelin en Formule 1 s'est faite en parallèle avec la première participation de Renault au Grand Prix de Grande-Bretagne en 1977. Depuis son noms a été régulièrement associé à plusieurs succès, notamment deux titres constructeurs et trois titres pilotes. Après une pause, le manufacturier revient en Formule 1 en 2001 et participe à l'obtention de deux autres titres mondiaux en 2005 et 2006 avec Renault et Fernando Alonso.

 

Michelin, une passion pour les sports d’endurance

La passion de Michelin pour les défis d'endurance s'exprime clairement à travers son implication dans les 24 Heures du Mans et le championnat du monde d'endurance FIA. L'entreprise a également marqué le Rallye Dakar et le Championnat du monde des rallyes (WRC) de son empreinte.

Les 24 Heures du Mans

 

Michelin a une histoire riche et réussie aux 24 Heures du Mans, y compris une victoire dès la première édition en 1923. L'entreprise a remporté vingt victoires consécutives depuis 1998, principalement grâce à sa présence dominante dans la catégorie LMP1. À partir de 2021, elle équipera la nouvelle catégorie Le Mans Hypercar.

Rallye, Michelin en mode tout terrain

En rallye, l'industriel connait un succès significatif, notamment dans le championnat du monde des rallyes (WRC), où l'entreprise remporte un total de quarante-quatre titres mondiaux. En outre, elle réalise également un total impressionnant de seize victoires en auto, trente victoires en moto et trente victoires en camion sur le Rallye Paris-Dakar.

Michelin dans le sport motocycliste

Le manufacturier est également présent dans le sport motocycliste, notamment dans le championnat du monde de vitesse Moto GP et le championnat du monde d'endurance moto.

Expansion Internationale et Nouvelles Innovations

L'entreprise ne s'est pas arrêtée là, s'efforçant constamment d'étendre son influence et d'innover.

Le Déploiement International

[caption id="attachment_15541" align="aligncenter" width="2048"] Publicité Michelin de 1918 pour sa manufacture du New Jersey.[/caption]  

En 1906, Michelin ouvre sa première usine hors de France, à Turin, marquant le début de son expansion internationale. L'année suivante, l'industriel pose ses valises aux États-Unis, dans le New Jersey. En 1930, c'est la grande dépression économique qui entraînera son départ de ce site.

Les Premières du Secteur Poids Lourds et de la Signalisation Routière

En 1908, Michelin toujours en quête d'innovation produit le premier pneu "jumelé" pour poids lourds. La même année, l'entreprise créé le prix spécial Michelin et diverses coupes d'aviation, renforçant encore un peu plus sa présence dans l'industrie.

Puis en 1910, l'entreprise fait son entrée sur le marché de la signalisation routière, avec la production de plaques de signalisation. En 1918, le premier prototype de borne d'angle, ou "borne Michelin", est créé, il prendra sa forme définitive en 1928. En 1931, l'utilisation de ces dispositifs de signalisation routière est officiellement approuvée, ajoutant une nouvelle corde à l'arc déjà impressionnant de Michelin.

L'Avènement de Bibendum, l'Icone de Michelin

[caption id="attachment_15530" align="aligncenter" width="804"] Affiche de 1898, par O'Galop.[/caption]

Michelin, ce n'est pas seulement des pneus. C'est aussi Bibendum, cette mascotte reconnaissable entre mille, qui est devenue l'emblème de l'entreprise.

La Naissance d'une Mascotte

L'idée d'une mascotte née dans l'esprit d'Édouard en 1894, lorsqu'il aperçut un empilement de pneus lui évoquant la forme d'un homme. L'artiste Marius Rossilon, plus connu sous le nom d'O'Galop, est chargé de donner vie à cette idée. En 1898, il crée le personnage de Bibendum, un homme rond et jovial, également connu sous le nom de "bonhomme Michelin".

L'Évolution de Bibendum

L'image de Bibendum a changé au fil des ans. Dans les années 1920, le personnage fumait, en écho à l'époque. Dans les années 1950, Bibendum a pris une tournure plus sympathique, arrêtant de fumer et adoptant des formes plus arrondies. En 1998, pour son centenaire, Bibendum a encore affiné ses courbes.

Bibendum et le Succès de Michelin

[caption id="attachment_15537" align="aligncenter" width="828"] Logo de Michelin de 1997 à 2017.[/caption]

La mascotte n'a pas seulement servi à donner un visage à Michelin. Bibendum a également joué un rôle crucial dans la promotion de l'entreprise. En 1899, l'automobile électrique "La Jamais contente", équipée de pneus Michelin, a dépassé 100 km/h, une première pour un véhicule automobile. Bibendum était là, comme un symbole de la réussite de Michelin.

Bibendum, Logo du Siècle

Bibendum n'est pas seulement une mascotte, il est devenu une véritable icône. Avec son slogan "Le pneu Michelin boit l'obstacle", il incarne l'innovation et la durabilité qui ont fait la réputation de Michelin. En 2000, Bibendum a été couronné "Logo du siècle", une reconnaissance de son rôle indélébile dans l'histoire de Michelin et dans l'industrie du pneumatique.

Michelin, un guide au service du voyage

[caption id="attachment_15536" align="aligncenter" width="652"] Couverture du Guide Michelin de 1929.[/caption]

L'histoire de Michelin est jalonnée d'innovations et de réussites, mais l'une des plus emblématiques est sans doute la création du Guide Michelin.

La Naissance du Guide Rouge

Le premier Guide Michelin, affectueusement surnommé "le guide rouge", a vu le jour en 1900. Ce guide a révolutionné les déplacements des voyageurs en leur fournissant des renseignements pratiques, ainsi qu'une liste d'hôtels et de restaurants. C'est également en 1901 que la première affiche présentant Bibendum, bien que différente de sa version actuelle, a été publiée.

Michelin durant la Première Guerre Mondiale

La participation de Michelin à l'effort de guerre pendant la Première Guerre mondiale a été un moment clé dans l'histoire de l'entreprise, marquant son entrée dans le domaine de l'aviation et soulignant son engagement envers la France.

Michelin et la Construction de la Première Piste Cimentée

En 1916, Michelin a fait un pas en avant décisif dans l'industrie aéronautique en construisant à Clermont-Ferrand la première piste d'aviation cimentée. Cette innovation a permis le décollage des avions Breguet-Michelin, quels que soient les conditions météorologiques, marquant un tournant dans la production d'avions.

Michelin et la Production d'Avions pour l'Effort de Guerre

L'effort de production d'avions de Michelin a été remarquable pendant la guerre. En 1915, l'entreprise a produit 57 avions, puis 141 en 1916, 264 en 1917 et 1422 en 1918. Au total, Michelin a produit près de 3 000 avions pour l'armée française. En outre, grâce à ses concours d'atterrissage, l'entreprise a contribué à former d'excellents pilotes. Les 100 premiers avions produits ont été offerts à la France, et les suivants vendus à prix coûtant. Cet engagement démontre le dévouement de Michelin envers son pays en temps de guerre.

Michelin et l'aviation : une passion historique

Au-delà de son implication dans l'industrie pneumatique, Michelin a également joué un rôle important dans le développement de l'aviation. L'entreprise a créé diverses compétitions pour encourager l'innovation et les prouesses techniques dans ce domaine, récompensant les aviateurs accomplis et aidant à façonner l'histoire de l'aviation.

Le prix Michelin d'aviation : un défi audacieux

En 1908, les frères Michelin ont lancé le prix Michelin d'aviation, offrant une récompense de 100 000 francs au premier aviateur à voler de Paris au sommet du Puy de Dôme en moins de six heures. À une époque où le record de durée de vol était d'à peine 1 minute et 28 secondes, cette annonce a été accueillie avec scepticisme par la presse. Cependant, trois ans plus tard, l'aviateur Eugène Renaux a relevé le défi et remporté le prix.

La Coupe Michelin : récompenser l'endurance

[caption id="attachment_15538" align="aligncenter" width="697"] Paul Roussel, Triomphe de l'Aviation (1909). Le trophée tel qu'il fut initialement prévu. Après la victoire de Wright, l'aéronef — un Farman — sera remplacé par une chauve-souris.[/caption]

La Coupe Michelin est un autre trophée emblématique créé par l'entreprise. Ce prix annuel récompense l'aviateur qui a parcouru la plus grande distance sans contact avec le sol. Initialement sans escale, la compétition a évolué pour autoriser les arrêts à partir de 1911. À partir de 1914, le défi consistait à parcourir un circuit de 3 000 km le plus rapidement possible.

Le Prix de l'aéro-cible Michelin : favoriser l'innovation militaire

En 1911, André et Édouard Michelin ont créé le Prix de l'aéro-cible Michelin, dans le but de promouvoir l'utilisation de l'aéroplane à des fins militaires. Ce prix illustre l'engagement de Michelin à encourager l'innovation et le développement technologique dans divers domaines.

Michelin dans l'Entre-deux-Guerres

L'histoire de Michelin dans l'entre-deux-guerres est une période de croissance exceptionnelle, mais également de controverses. L'entreprise s'est diversifiée dans de nouveaux territoires, a connu des transformations de leadership et a navigué dans des eaux politiques troubles.

Expansion de Michelin et Controverses Coloniales

 

En 1921, Michelin a élargi son empreinte industrielle avec la construction de l'usine de Cataroux. Quatre ans plus tard, en 1925, l'entreprise a créé deux plantations d'hévéas au Viêt Nam, tirant parti du système colonial français. Cette décision a été controversée, certains accusant Michelin d'exploiter le prolétariat indigène.

L'Âge d'Or de Michelin et le Guide Vert

L'année 1926 a marqué le début du guide régional touristique de Michelin, le futur « guide vert », avec la première édition consacrée à la Bretagne. Cette période a coïncidé avec l'essor du secteur automobile et l'engouement pour la voiture pendant les "années folles". En 1927, Michelin employait déjà 10 000 personnes à Clermont-Ferrand.

Michelin, une période sombre

[caption id="attachment_15540" align="aligncenter" width="1602"] La première Micheline opérationnelle (type 11 de 1932) avait l'apparence d'un autocar doté d'une semi-remorque.[/caption]  

En 1928, Édouard Michelin a fait appel à son fils aîné, Étienne, pour diriger l'entreprise. Malheureusement, Étienne est décédé dans un accident d'avion en 1932. Cette même année, Michelin a mis au point la micheline, un autorail léger équipé de pneus spéciaux. Cet autorail a servi dans plusieurs villes françaises jusqu'en 1952 et a également été utilisé dans les anciennes colonies françaises en Afrique et en Indochine.

Michelin et les troubles sociaux

La fin des années 1930 a été marquée par des troubles sociaux chez Michelin. En 1936, l'entreprise a connu trois grèves ouvrières, dont deux avec occupation. Cela a entraîné une augmentation significative du nombre de syndiqués à la CGT, de 100 à plus de 6 000, dépassant 7 000 en 1937. Les ouvriers ont obtenu près de 25 % d'augmentation de salaire en juin 1936.

Controverses Politiques

Durant cette période, Michelin a été impliqué dans des controverses politiques, avec des accusations selon lesquelles Pierre Michelin, devenu PDG de Citroën en 1935 après que Michelin a sauvé l'entreprise de la faillite, aurait financé La Cagoule, une organisation terroriste d'extrême-droite. Après la mort de Pierre Michelin dans un accident de voiture en 1937, Édouard Michelin a nommé son gendre Robert Puiseux et Pierre-Jules Boulanger comme cogérants. À la mort d'Édouard Michelin en 1940, Robert Puiseux est devenu le gérant.

Michelin pendant la Seconde Guerre mondiale

Les défis de l'occupation allemande

Au début de la Seconde Guerre mondiale, l'industrie française, y compris Michelin, se trouvait face à des défis sans précédent. Les usines de Michelin, situées exclusivement en Auvergne, étaient en zone libre jusqu'à l'invasion allemande en novembre 1942. À la suite d'un accord, une grande partie de la production de pneumatiques devait être fournie à la Wehrmacht, l'armée allemande. De plus, l'entreprise a dû faire face à une pénurie de caoutchouc naturel, forçant Michelin à se tourner vers le caoutchouc artificiel et la production allemande de buna.

Résistance et résilience

Malgré les difficultés, Michelin a montré une grande résilience pendant cette période. L'entreprise a réussi à organiser des sabotages pour produire des produits de qualité inférieure pour l'armée allemande, tout en maintenant ses activités de recherche et de développement. Le pneu à structure radiale, une innovation clé de Michelin, a été mis au point pendant la guerre, même s'il n'a été breveté qu'en 1945.

Le rôle de Michelin dans le débarquement de Normandie

L'entreprise a également joué un rôle indirect mais crucial lors du débarquement allié en Normandie en 1944. Les Alliés ont utilisé une reproduction du dernier guide Michelin, datant de 1939, pour aider à la navigation dans les villes françaises dont la signalisation avait été détruite ou démontée par les Allemands.

La contribution de la famille Michelin à la résistance

La famille Michelin s'est également distinguée pendant la guerre. Marcel Michelin, fondateur du maquis d'Effiat, a été arrêté par les Allemands et déporté à Buchenwald, où il est mort en janvier 1945. Ses fils ont également participé à la résistance, notamment Jacques Michelin, qui a été déporté à Buchenwald, et Jean-Pierre Michelin, membre des Forces françaises libres, qui a été le premier officier français tué au combat lors de la libération de la Corse en 1943.

De Gaulle salue Michelin

La détermination et le courage de Michelin et de sa famille ont été reconnus par le général De Gaulle lors de sa visite à Clermont en juin 1945. Il a salué les patrons, ingénieurs et ouvriers de Michelin qui avaient "donné l'exemple de courage et de sacrifice". Ainsi, malgré les défis et les épreuves de la guerre, Michelin est restée un acteur clé de l'industrie française, tout en démontrant son engagement envers la résistance et la liberté.

Michelin pendant les Trente Glorieuses

L'innovation qui a changé la donne: Le pneu radial ou pneu X

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, le manufacturier révolutionne l'industrie du pneumatique avec le dépôt du brevet du pneu radial. Commercialisé en 1949 sous le nom de Michelin X, ce pneu est une véritable innovation qui modifie les règles du marché. Il permet à l'entreprise de connaître une forte expansion et de devenir, en 1979, après trois décennies d'investissements importants et la construction d'usines à travers le monde, le leader mondial du pneumatique.

Expansion et diversification

Dans les années 1950, l'entreprise continue de croître et de diversifier ses activités. En 1951, la Compagnie Générale des Établissements Michelin (CGEM) et la Manufacture Française des Pneumatiques Michelin sont fondées. La même année, l'industriel construit sa première usine en dehors de l'Auvergne à Orléans, suivie d'autres à Bourges, Cholet et Poitiers, contribuant ainsi au développement économique de ces villes.

Le règne de François Michelin

En 1955, François Michelin, petit-fils du fondateur, prend la direction de l'entreprise. Après avoir acquis de l'expérience en production, en commercial et en recherche, il donne un nouvel élan à Michelin. Sous sa direction, l'entreprise investit massivement dans le développement du pneu radial, ce qui entraîne une croissance significative de Michelin. Au cours des années 1960 et 1970, environ trente usines sont ouvertes à travers le monde, multipliant par cinq les volumes de production de l'entreprise.

L'expansion transatlantique et les défis

La première usine de production de pneus X en Amérique du Nord est inaugurée en 1971 à Bridgewater au Canada, suivie en 1975 d'une usine à Greenville en Caroline du Sud aux États-Unis. Cependant, l'expansion internationale de Michelin n'est pas sans défis. En 1975, avec la chute de Saigon et le retrait précipité des troupes américaines, Michelin est contraint d'abandonner ses activités au Vietnam.

Innovation continue: Le pneu TRX

Malgré ces défis, Michelin continue d'innover. En 1975, l'entreprise crée le pneu TRX, marquant une nouvelle étape dans son histoire d'innovation. Ainsi, pendant les Trente Glorieuses, Michelin, par sa capacité à innover et à s'adapter, est devenue une véritable entreprise transnationale, marquant de son empreinte l'histoire de l'industrie du pneumatique.

De l'ère François Michelin à l'ère numérique

Dans les années 90 et 2000, sous l'égide d'Édouard Michelin, la compagnie a connu d'importants changements structurels. En 1999, François Michelin a passé le relais à son fils Édouard, marquant le début d'une ère de restructurations et de modernisations. L'une des premières décisions d'Édouard Michelin a été la suppression de nombreux postes en France, une décision qui a suscité une grande controverse. Parallèlement, l'entreprise a commencé à se digitaliser avec la création du site ViaMichelin en 2001, offrant une nouvelle plateforme pour les services traditionnellement disponibles via le Minitel.

Les innovations de Michelin

Michelin a toujours été à la pointe de l'innovation dans l'industrie du pneu. En 2004, la compagnie a présenté le Tweel, une roue sans air, une innovation révolutionnaire destinée aux véhicules industriels et militaires. En 2005, Michelin s'est associée à Renault pour la Formule 1, bien qu'elle ait finalement décidé de se retirer de la compétition en 2006 suite à des désaccords avec la Fédération internationale de l'automobile.

L'expansion mondiale de Michelin

L'entreprise a connu une expansion rapide au début du XXIe siècle. Entre 2012 et 2014, Michelin a investi dans l'ouverture de nouvelles usines en Chine, au Brésil, en Inde et aux États-Unis. En 2012, Michelin a ouvert sa première usine en Inde, marquant une étape importante dans sa stratégie d'expansion mondiale.

L'évolution de la direction de Michelin

Au fil des ans, la direction de Michelin a changé à plusieurs reprises. En 2006, après la mort tragique d'Édouard Michelin dans un accident de bateau, Michel Rollier a pris la direction de l'entreprise. Six ans plus tard, en 2012, Jean-Dominique Senard a pris la tête de l'entreprise, devenant le premier directeur financier non membre de la famille Michelin.

Michelin et l'ère numérique

Au cours de la dernière décennie, Michelin a continué à évoluer pour rester compétitif à l'ère numérique. En 2014, l'entreprise a acquis la start-up ReviserSaVoiture.com, spécialisée dans la maintenance prédictive des véhicules. En 2015, Michelin a fait l'acquisition de Blackcircles.com, leader du commerce en ligne de pneus.

La durabilité et l'innovation continue

En 2019, Michelin a présenté un nouveau pneu sans air, développé en partenariat avec General Motors. Ce pneu, appelé Uptis, est increvable, imprimable en 3D, et fabriqué à partir de matériaux durables.

Depuis plus d'un siècle, Michelin a façonné l'histoire industrielle et sportive, non seulement de Clermont-Ferrand, mais aussi de la France. Quelques soient les périodes, son parcours est toujours marqué par l'innovation, la persévérance et l'excellence. De même pour des disciplines aussi différentes, comme le cyclisme, la Formule 1, le rugby ou le sport motocycliste, et dans lesquelles l'entreprise clermontoise s'est investie avec brio, laissant derrière elle une empreinte indélébile. Ainsi, à chaque fois que nous verrons l'un de ses pneu, rappelons nous l'histoire de cette entreprise, qui a toujours parié sur une ville de province pour continuer à grandir, jusqu'à devenir un géant mondial de l'industrie. Michelin incarne une histoire d'industrie, de sport et de réussite qui continue de rouler.