Le printemps de Bourges, une révolution musicale

1 Rue de Séraucourt Bourges

materialicons-round-820 Voir le trajet

Le printemps de Bourges est devenu au fil du temps, un événement emblématique de la scène musicale française. Il fallait être un peu fou pour penser faire d'une petite ville de province, le lieu de passage incontournable pour tous les artistes de la scène musicale française et internationale. Revenons plus en détail sur l'histoire de ce festival, qui osa donner la chance de se lancer, à de nombreux groupes, chanteurs et musiciens.

« Le Printemps de Bourges doit devenir, pour tous ceux qui s'intéressent à la chanson, un lieu de création, d'expression et de confrontation sur la chanson d'aujourd'hui. » Daniel Colling en 1976, co-créateur du "Printemps de Bourges"

Depuis sa création, le festival prône des valeurs artistiques de création, de découverte et d’émergence et place sa mission autour des notions de transmission, de responsabilité et d’accès à la culture pour tous. Difficile de savoir si ses créateurs qui sont, Daniel Colling, Maurice Frot et Alain Meilland avaient pu imaginer que leur festival serait toujours là près d'un demi-siècle plus tard. En tout c'est bien grâce à ces trois-là, et à leurs partenaires, que le public du printemps de Bourges a eu la chance de voir passer sur la même scène, des milliers d'artistes aussi différents que, Dominique A, NTM, Juliette Greco, Higelin, U2 ou Charles Trenet.

Printemps de Bourges, la naissance d'un événement

 

Alors que les ondes sont envahies par la variété clinquante de Dalida, Sardou et Mireille Mathieu, une partie de la chanson française peine à se faire entendre. C'est ainsi que le premier Printemps de Bourges voit le jour, du 6 au 10 avril 1977, avec pour ambition de rassembler « l'autre chanson ».

Un programme éclectique et audacieux

Le festival casse les codes avec un format original : en cinq jours, une quarantaine d'artistes et vingt concerts à la Maison de la Culture, sous un chapiteau place Séraucourt et au théâtre Jacques Cœur. On y retrouve des figures emblématiques telles que François Béranger, Jacques Higelin, Bernard Lavilliers, mais aussi des talents plus confidentiels, tous unis par leur volonté de chanter autrement.

Le succès ne se fait pas attendre

Le premier Printemps de Bourges est un véritable triomphe, avec près de 13 000 billets vendus. Néanmoins, les relations avec une partie des habitants restent tendues. En effet il faudra un peu de temps aux habitants pour accepter ceux qu'ils appellent alors "les Indiens". Pour les commerçants, ces bandes de jeunes qui débarquent de toute la France avec leurs sacs à dos, ne sont pas un bon présage pour les affaires de la petite ville tranquille. Il faudra quelques années pour que la ville adopte vraiment son festival.

Sur le fil du rasoir

Après le premier festival, l'avenir de l'évènement reste très incertain. D'abord il y a les habitants qui s'opposent fermement à une deuxième édition. Mais il y a surtout le problème du financement du printemps de Bourges, avec des budgets qui doivent être renégociés chaque année. Heureusement le festival peut compter dès sa première réédition, sur le soutien inconditionnel de Jacques Rimbault, le maire communiste de Bourges. Et puis il y a l'année 1982 et l'arrivée de Jack Lang au ministère de la Culture. À ce moment-là, l'État commence à subventionner le Printemps de Bourges. Quatre ans plus tard La région Centre-Val de Loire et le département du Cher vont aussi s'investir dans l'évènement et s'inscrire dans la durée comme des partenaires du festival.

L'ascension irrésistible du Printemps de Bourges

Dès sa deuxième édition, le Printemps de Bourges connaît une croissance fulgurante : 80 artistes, 45 concerts et 25 000 spectateurs en cinq jours. Les années suivantes confirment cette tendance. Ainsi l'édition de 1979 accueille 40000 spectateurs sur 7 jours, celle de 1981 atteint la jauge de 50000 spectateurs sur neuf jours de festival.

Le Printemps de Bourges : du rock, de l'audace et des découvertes

Les années 80 : la décennie des découvertes

Les années 80 voient le Printemps de Bourges se métamorphoser et accueillir la crème de la scène française. Des légendes comme Léo Ferré et Yves Montand aux jeunes loups de l'époque comme Indochine et Etienne Daho, le Printemps devient le terrain de jeu du rock nouveau avec des groupes phares comme The Cure, U2 et Simple Minds.

Les Découvertes du Printemps, nées en 1986, mettent en lumière les talents émergents, à l'image de Chanson Plus Bifluorée, la Mano Negra ou encore les Têtes Raides. Le Printemps innove aussi avec des formules inédites, comme les Musiques buissonnières pour le classique, ou les Maximômes, des spectacles pour enfants.

Le nombre de spectateurs explose, passant de 125000 en 1986 à 133000 en 1987. Mais en 1989, le festival doit faire face à des difficultés financières et dépose son bilan.

Les années 90, le rap est dans la place

Le Printemps de Bourges renaît de ses cendres en 1990, avec l'arrivée du rap et des musiques du monde sur ses scènes. Des groupes comme Public Enemy et NTM côtoient des artistes internationaux comme Khaled, Youssou N'Dour ou Salif Keita.

Le festival embrasse la complexité du marché musical et accueille tous les styles : rock, électro, variété grand public et chanson exigeante. Rita Mitsouko, Eddy Mitchell, Joe Cocker ou Patricia Kaas se partagent l'affiche. Mais en 1998, le Printemps manque de sombrer à nouveau.

Les années 2000, retour aux sources

Sous l'impulsion de Daniel Colling, le Printemps de Bourges revient à ses valeurs fondamentales à partir de 1999. Découvertes et audace sont les maîtres mots, avec des artistes tels que Yann Tiersen, Vincent Delerm, Dionysos ou encore Franz Ferdinand.

Le label Découvertes s'associe à la Fnac en 2000 pour devenir « Attention Talent Scène, les Découvertes du Printemps de Bourges et de la Fnac ».

Le format du festival est désormais centré sur 50000 places, misant sur l'excellence et la pertinence de sa programmation.

Le Printemps de Bourges continue d'écrire son histoire, témoignant de l'audace et de la passion qui animent la musique depuis plus de quatre décennies. Rockeurs, chanteurs et musiciens de tous horizons, le Printemps est votre terrain de jeu !