La base sous marine de Saint-Nazaire, le bunker des U-boots

Bd de la Légion d'Honneur Saint-Nazaire Loire-Atlantique

materialicons-round-820 Voir le trajet

La base sous-marine de Saint-Nazaire est l'une des cinq bases d'U-Boot, les sous-marins allemands, érigées pendant la seconde guerre mondiale le long des côtes Atlantiques françaises. À travers cet article, découvrez l'histoire de cette base, de sa construction à aujourd'hui et revivez les événements marquants de ce patrimoine historique.

La base sous-marine de Saint-Nazaire : un monument historique emblématique

[caption id="attachment_15260" align="aligncenter" width="800"] Erwin Rommel inspecte la base sous-marine de Saint-Nazaire, le 18 février 1944. - Par Bundesarchiv, Bild 101I-719-0208-13A / Jesse / CC-BY-SA 3.0, CC BY-SA 3.0 de, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5413484[/caption]

Un port d'attache stratégique au cœur de la Seconde Guerre mondiale

Avant l'embrasement du conflit, le port de Saint-Nazaire avait déjà acquis la réputation d'être l'un des plus vastes de la côte Atlantique française et l'un des seuls à pouvoir accueillir les grands cuirassés. Ce dernier offrait donc une position stratégique inestimable pour l'Allemagne nazie, désireuse de renforcer sa présence dans la région. La construction de la base sous-marine de Saint-Nazaire a commencé début 1941. Le bunker mesure environ 300 m de long sur 130 m de large, pour une hauteur de 18 m. Dès l'été, la première des 14 alvéoles reçoit son premier U-boot. Les 8e et 7e flottilles de la Kriegsmarine peuvent emménager. Les sous-marins U-boot servaient principalement à couper les lignes d'approvisionnement alliées, un élément clé de la stratégie allemande durant la guerre. La base sous-marine de Saint-Nazaire fut le port d'attache des 6e et 7e Unterseebootsflottille au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La construction titanesque de la base sous marine de Saint-Nazaire

L'édification de la base a débuté en février 1941 et s'est achevée en décembre 1943, selon un processus en plusieurs étapes. Les travaux ont été confiés à l'ingénieur Probst, qui a coordonné les efforts de milliers de travailleurs et de requis pour mener à bien ce projet colossal. Les matériaux de construction, tels que des pierres extraites de la carrière de La Roche Ballue à Bouguenais, ont été transportés par voie fluviale jusqu'à Saint-Nazaire, témoignant de la détermination et de l'ingéniosité des bâtisseurs de l'époque. La base mesure 300 mètres de long et 150 mètres de large, nécessitant environ 450 000 mètres cubes de béton pour sa construction.

Une architecture unique aux proportions monumentales

La base sous-marine de Saint-Nazaire se distingue par son envergure et son architecture singulière. La structure se compose de 14 alvéoles, dont 8 permettaient des réparations et 6 plus larges pour que les sous-marins puissent rester à flot. Des interbox permettaient l'accès aux étages supérieurs et un vaste ensemble d'ateliers techniques, de magasins de stockage, de bureaux et de chambres pour les équipages. La base était également équipée de cuisines, de boulangeries, de centrales électriques, d'un réfectoire et d'un bloc opératoire, mettant en lumière la diversité et la complexité des infrastructures en place. La base s'étendait sur une superficie totale de 4 hectares et la dalle supérieure de l'ouvrage avait une épaisseur de 4 mètres.

Un théâtre d'opérations intensives durant la guerre

[caption id="attachment_15262" align="aligncenter" width="530"] L'équipage d'un sous-marin allemand dans la base de Saint-Nazaire, le 15 juin 1942[/caption]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la base sous-marine de Saint-Nazaire a accueilli deux flottilles de sous-marins allemands, la 6e et la 7e. Inaugurée en juillet 1941 avec l'arrivée triomphale de l'U-203 dans l'alvéole n°7, la base a joué un rôle crucial dans les opérations navales de l'époque. L'importance de cette construction et les caractéristiques du port de Saint-Nazaire ont poussé les Alliés à effectuer des bombardements particulièrement intenses. En 1942, un raid de commandos britanniques tenta d'endommager la base, mais en vain.

L'opération "Chariot" : un coup audacieux des commandos britanniques

[caption id="attachment_15261" align="aligncenter" width="1577"] Le HMS Campbeltown après l'attaque sur la base sous-marine de Saint-Nazaire., le 28 mars 1942.[/caption]

En mars 1942, les commandos britanniques lancent l'opération "Chariot" contre les diverses installations de Saint-Nazaire. L'objectif principal est la grande cale sèche, seule en France à avoir la capacité nécessaire pour accueillir le Bismarck ou le Tirpitz. Les cales sèches sont endommagées et resteront hors service pendant le reste du conflit, mais l'attaque a été coûteuse en hommes : sur les 600 soldats engagés, seuls 27 ont pu s'échapper.

Les bombardements aériens et la résistance du bunker

Suite à l'opération "Chariot", les Britanniques préfèrent s'en tenir à des bombardiers pour frapper les équipements allemands. La base sous-marine subit ainsi 13 raids pour un total d'environ 2000 tonnes de bombes. Saint-Nazaire est rasée, mais le bunker n'essuie pas de dommage majeur.

La fin de la guerre et l'avenir de la base

Le 8 mai 1945, le dernier sous-marin (U-225) quitte le port. Il dépose les armes quatre jours après, au beau milieu de l'Atlantique. Incapables de s'emparer de Saint-Nazaire, ni des autres bases en France, les Alliés préfèrent assiéger la ville et poursuivre les attaques aériennes.

Les tragédies civiles et la résistance allemande

La population civile de Saint-Nazaire a énormément souffert de cette politique des Alliés. La ville fut détruite à 80 % par les bombardements incessants, qui visaient à affaiblir la présence allemande et à neutraliser la base sous-marine. Malgré ces attaques, la garnison allemande, forte de 24 000 défenseurs, résista jusqu'au bout, faisant de Saint-Nazaire l'une des poches de l'Atlantique qui ne capitula que le 11 mai 1945.

Un héritage historique et un lieu de mémoire

[caption id="attachment_15263" align="aligncenter" width="2000"] Base sous-marine de Saint-Nazaire, lieu de mémoire à visiter. Photo JeanMarie source : Flick'r[/caption] Aujourd'hui, la base sous-marine de Saint-Nazaire demeure un monument historique emblématique, témoignant des luttes acharnées qui ont eu lieu durant la Seconde Guerre mondiale. Elle représente également un lieu de mémoire, où l'on peut se souvenir et rendre hommage aux sacrifices consentis par les populations civiles et les combattants de cette période sombre de l'histoire. La base est désormais un site culturel majeur, accueillant des expositions, des événements artistiques et des visites guidées, permettant ainsi de perpétuer le souvenir et l'histoire de ce lieu unique.