L' Histoire du musée d'Orsay

1 Rue de la Légion d'Honneur Paris

materialicons-round-820 Voir le trajet

À l’origine le musée d'Orsay était une gare monumentale, qui fut pendant 39 ans la gare tête de ligne du chemin de fer reliant Paris à Orléans. Situé dans le 7ème arrondissement, ce lieu emblématique de l'histoire de Paris, est appelé à être transformé. Pour cela il devra attendre 1986, pour devenir le Musée d'Orsay. Mais d'abord intéressons-nous à la gare du Musée d'Orsay, qui depuis son inauguration en 1900 et jusqu'à sa transformation en musée, va voir passer des millions de voyageurs. Un lieu qui fut d'abord le symbole du savoir-faire français en matière d'architecture ferroviaire avant de devenir l'un des fleurons de l'Art Français. Dans cet article, nous allons parcourir les différentes étapes de l'histoire de cette gare iconique.

“La gare est superbe et a l'air d'un Palais des Beaux-Arts”

Édouard Detaille, 1900

La gare d'Orsay : Un lieu chargé d'histoire et de symboles

À l’origine un palais

Palais d'Orsay Félix Duban 

Le palais d'Orsay sous la Monarchie de Juillet par Félix Duban.

Tout commence en 1810, lorsque Napoléon Bonaparte commande la construction du palais d'Orsay, qui est destiné à abriter le ministère de l'Intérieur. Le bâtiment est ensuite occupé par le Conseil d'État en 1840, puis par la Cour des comptes en 1842. Mais le palais est incendié pendant la Commune de Paris en 1871, mettant fin à son utilisation.

Charles Soulier, Grande Salle du Conseil d'Etat, 1871 

La grande salle du Conseil d'État après l'incendie.

La naissance de la gare d'Orsay

Embed from Getty Images 

C'est ensuite au tour de la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans de s'emparer des lieux pour y construire sa gare tête de ligne en 1898. La gare est inaugurée en 1900, à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris. Elle est conçue par l'architecte Victor Laloux, qui avait déjà travaillé sur la gare de Tours. Le bâtiment de la gare est monumental et représente le savoir-faire français en matière d'architecture ferroviaire. Laloux utilise une verrière à structure métallique audacieuse qu'il masque à l'aide d'un parement de pierre richement orné. Les trois statues monumentales représentant les trois principales destinations desservies par la Compagnie d'Orléans : Bordeaux, Toulouse et Nantes sont l'œuvre respectivement de Jean-Baptiste Hugues, Laurent Marqueste et Jean-Antoine Injalbert.

La gare d'Orsay est une prouesse technique pour l'époque, car elle est équipée de la traction électrique et dispose d'un profil aérien de contact, un rail suspendu qui assure l'alimentation électrique des trains. La riche décoration des caissons de sa voûte intérieure n'est rendue possible qu'à la condition de n'ouvrir la gare qu'aux trains à traction électrique, ce que la longueur des souterrains précédant la gare impose également. Les locomotives à vapeur s'arrêtent donc en gare de Paris-Austerlitz, puis sont dételées et des locomotives électriques prennent le relais jusqu'en gare d'Orsay.

Gare-d'Orsay-BaS 

Traction électrique en gare d'Orsay au début du XXe siècle.

Un exemple de l'architecture académique

Le bâtiment de la gare d'Orsay est un exemple de l'architecture académique de la fin du XIXe siècle. Il est richement décoré par plusieurs artistes, dont les sculpteurs Jean-Baptiste Hugues, Laurent Marqueste et Jean-Antoine Injalbert. L'abondante ornementation du bâtiment a été réalisée par des peintres tels que Fernand Cormon, Pierre Fritel, Adrien Moreau-Néret, Gabriel Ferrier et Benjamin Constant. Le bâtiment est également connu pour sa verrière à structure métallique qui est masquée par un parement de pierre.

La gare d'Orsay en perte de vitesse

LD - PARIS - La nouvelle gare d'Orléans 

La gare d'Orsay en 1920.

Dès les années 1920, des projets de liaison avec les gares des Invalides et du Luxembourg sont prévus, mais seule une amorce d'environ 300 mètres vers Luxembourg est construite et servira par la suite comme tiroir pour les manœuvres en gare, puis à partir de 1939 comme garage pour les rames de banlieue. Ses quais devenant trop courts pour l'évolution des transports ferroviaires, l'édifice voit sa fonction limitée au trafic de banlieue en 1939. Le trafic "grandes lignes" est alors reporté à la gare de Paris-Austerlitz. Malgré cela, en 1940, la gare sert comme plate-forme de triage des colis ensuite envoyés aux soldats français combattant contre l’Allemagne. Après la Seconde Guerre mondiale, en 1945, l'endroit est réquisitionné comme espace de transit pour les prisonniers de guerre français revenant d'Allemagne. Durant les années 1950, seul l'accès à quelques quais est maintenu pour le trafic banlieue, le reste de la gare étant désaffecté. À la suite de l'appel de l'abbé Pierre en 1954, la gare, rebaptisée « Gare de l'espoir », est transformée en entrepôt servant de vide-greniers pour l'« opération débarras ». Dès le début des années 1960, ses voûtes à l'abandon abritent des tournages de films, dont celui du Procès d'Orson Welles d'après Kafka. La gare d'Orsay sert également de lieu d'implantation, pendant plusieurs années, au théâtre d'Orsay (démontable) de la compagnie Renaud-Barrault et accueille des salles de vente de l'hôtel Drouot pendant sa reconstruction. Les premiers projets de rénovation de la capitale sous le président Charles de Gaulle prévoient sa démolition pour laisser la place à un immense hôtel en verre et de forme parallélépipédique, le projet Guillaume Gillet-René Coulon. Pour sa part, Le Corbusier propose également d'y édifier à la place une barre d'immeuble, alors que Jean Faugeron a l'idée d'une tour. Mais des efforts pour sa sauvegarde la sauvent de justesse. L'ancienne gare est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1973.

L'ère du Musée d'Orsay

Paris orsay vue hall 

La gare devenue musée

En 1974, Le président de la République française de l'époque, Valéry Giscard d'Estaing, souhaite transformer l'édifice en un musée des arts du XIXe siècle. Plus précisément la période choisie est celle allant de 1848 à 1914. Le président veut en faire un concurrent du musée du Louvre. En réalité le futur Musée d'Orsay en sera le prolongement et le complément. Et la gare dans tout ça ? Et bien elle ne disparaît pas et va même reprendre du service dès l'ouverture du musée en 1986.

Le concours est ouvert

Embed from Getty Images 

La nef du musée d'Orsay 


La grande nef du musée d'Orsay au moment de l'exposition "Les origines du monde". Photo Jean Pierre Dalbéra-flick'r[/caption] Après plusieurs années de difficultés, un concours est organisé entre des équipes réunissant architectes et muséographes. L'équipe ACT Architecture, composée de Renaud Bardon, Pierre Colboc et Jean-Paul Philippon, est choisie pour la transformation de la gare en musée. L'architecte d'intérieur Gae Aulenti y a également participé, notamment pour la conception de la grande galerie qui accueille les visiteurs. L'élection de François Mitterrand à la présidence en 1981 ne remet pas en cause le projet qui amorce un programme de grands travaux. Les conservateurs du musée d'Orsay souhaitent faire de la grande nef un lieu d'exposition moderne et spacieux. Le musée d'Orsay a ouvert ses portes en 1986 et est rapidement devenu l'un des musées les plus populaires de Paris, attirant des millions de visiteurs chaque année.

Une architecture hors norme

Embed from Getty Images

Le projet d'ACT architecture doit suivre un cahier des charges très strict. D'abord il doit respecter l'architecture de la gare conçue par Victor Laloux, en l'adaptant à sa nouvelle fonction de musée. Mais surtout les architectes doivent utiliser toute la surface d'un bâtiment aux dimensions monumentales, avec ses 138 mètres de long sur 40 mètres de large, et ses 32 mètres de hauteur. Un défi exceptionnel si on y ajoute les 12000 Tonnes de la structure métallique et les 35000 mètres carrés de verrières et de surface vitrées. Mais cela ne freine en rien la détermination des 3 architectes. Pour relever le défi, ils décident d'utiliser la grande nef comme l'axe principal du parcours de visite. Un parcours que les concepteurs vont faire cheminer sur les niveaux du bâtiment. Au rez-de-chaussée un axe central traverse toute la surface du bâtiment. Le parcours de visite continue sur un niveau qui surplombe l'axe central du rez-de-chaussée. Enfin au dernier étage, une coursive chemine le long des quais au-dessus du hall d'entrée. Chacun de ces niveaux ouvre l'accès à des espaces d'expositions spécifiques.

Les collections du Musée d'Orsay

Van Gogh - Starry Night - Google Art Project

La nuit étoilée de Vincent Van Gogh

Le musée d'Orsay abrite principalement des œuvres d’art datant de la période d'art moderne, soit les années allant de 1848 à 1915. La collection du musée d'Orsay comprend plus de 6000 œuvres d'art, dont environ 3000 pièces pour les expositions permanentes, dont certaines proviennent d'autres musées comme le Louvre. Principalement orientée sur l'impressionnisme et le postimpressionnisme, le musée d'Orsay est connu pour abriter des chefs-d'œuvre d'artistes tels que Claude Monet et Vincent Van Gogh. Parmi ces œuvres incontournables figurent des tableaux comme Londres, le Parlement et Coquelicots de Monet, ou encore La Nuit étoilée et Autoportrait de Van Gogh.

Dans sa collection permanente le Musée d'Orsay abrite une collection d'œuvres d'art du XIXeme siècle extraordinaire. Celle-ci se compose entre autres de peintures, de sculptures, de photographies et d'éléments architecturaux. Le meilleur endroit pour des visiteurs qui voudraient découvrir des œuvres d'immenses artistes comme Monet, Manet, Degas, Renoir, Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Rodin et bien d'autres encore.

Le succès du Musée d'Orsay

Embed from Getty Images

Le musée d'Orsay aujourd'hui. Depuis son ouverture, le Musée d'Orsay connaît un succès auprès du public et des critiques qui ne se dément pas. Maintes fois salué pour la qualité de ses collections, de ses expositions temporaires et de son architecture le musée a remporté de nombreuses distinctions, Cette ancienne gare devenue l'un des plus beaux musées du monde est un lieu incontournable si vous passez par là.