Les arènes de Lutèce, faites un saut dans le Paris antique

49 Rue Monge Paris

materialicons-round-820 Voir le trajet

Les arènes de Lutèce témoignent de l'histoire antique de Paris. Ainsi c'est au 49 de la rue Monge que se dissimulent les vestiges d'un amphithéâtre Romain.

"Paris, le 27 juillet 1883, Monsieur le président,Il n'est pas possible que Paris, la ville de l'avenir, renonce à la preuve vivante qu'elle a été la ville du passé. Le passé amène l'avenir. Les arènes sont l'antique marque de la grande ville. Elles sont un monument unique. Le conseil municipal qui les détruirait se détruirait en quelque sorte lui-même. Conservez les arènes de Lutèce. Conservez-les à tout prix. Vous ferez une action utile, et, ce qui vaut mieux, vous donnerez un grand exemple. Je vous serre les mains."

Lettre de Victor Hugo au Président du Conseil Municipal de Paris

Aux origines des arènes de Lutèce

Les arènes de Lutèce se trouvent aujourd’hui sur la place Emile Mâle, dans le quartier latin. Ses vestiges laissent penser qu'autrefois le monument devait être impressionnant. En effet l'édifice construit au premier siècle de notre ère, a des dimensions bien supérieures aux normes romaines.

Des dimensions hors normes

À l’intérieur le public se presse autour de l'arène pour assister à des combats d'animaux ou de gladiateurs. Les combattants ne manquent pas de place puisque l'arène en ellipse mesure une cinquantaine de mètres. Pour les spectacles, le public peut s’asseoir face à un podium surmonté d'une scène géante de 41m de long. Des spectateurs nombreux puisque les gradins géants peuvent accueillir 17 000 personnes. Un chiffre impressionnant quand on sait qu'il représente le double de la population de Lutèce à l'époque. D'ailleurs les arènes de Lutèce sont à ce moment-là les plus grandes de Gaule.

Des conditions optimums

Le site se trouve à l’extérieur de la ville. Le public qui s'y rend bénéficie de conditions optimales pour assister aux spectacles. En effet l’acoustique du lieu est parfaitement travaillée, et les spectateurs peuvent être à l’abri des averses et du soleil. Pour cela un système de câbles et de poulies courts autour de longs mats placés au sommet de la façade. Ainsi il ne reste plus qu'à tendre des toiles pour protéger le public des caprices du temps. L'accès aux gradins se fait en passant par l'une des deux entrées principales. Chacune d'entre elles est suivie d'un long couloir de 40m, recouvert d'une voûte. De là les spectateurs débouchent sur l'arène où un mur de pierres les protège des animaux sauvages.

Chacun sa place

De là les spectateurs accèdent aux gradins par des couloirs. Chaque spectateur se place dans les traverses de l'arène en fonction de sa catégorie. Déjà à l'époque les sièges les mieux placés sont réservés aux notables. Pour preuve les noms gravés dans la pierre qui ont été retrouvés sur des sièges proches de l'arène. Enfin on trouve au niveau de l'arène, quatre pièces fermées par des grilles qui ont un accès direct sur la piste. C'est ici que les animaux ou les gladiateurs attendent l'heure du combat. Ces festivités sont offertes au public par des notables à l'occasion de fêtes. Elles peuvent également servir les ambitions de généreux donateurs en quête de popularité.

La disparition des arènes de Lutèce

[caption id="attachment_13544" align="aligncenter" width="637"] Le site des arènes de Lutèce en 1615, représentées sur le plan de Mérian. Les arènes ne sont alors pas répertoriées.[/caption]

Il est probable que les arènes restent en activité jusqu'à la première destruction de Lutèce, à la fin du IIIe siècle. Puis l'arène suit le lent déclin de l'empire Romain. De ce fait l'amphithéâtre n'est plus utilisé et la population utilise les pierres de l'édifice pour construire une enceinte autour de la ville. Les arènes doivent attendre 577 pour que Chilpéric fasse réparer l'amphithéâtre afin de pouvoir y donner des spectacles. Finalement l'édifice est de nouveau abandonné. Pendant un temps le lieu sert de cimetière, dans lequel les chrétiens utilisent les pierres restantes pour marquer les tombes. Au Moyen Âge, le site disparaît entièrement avec la construction des fortifications de Philippe Auguste.

On a retrouvé les arènes de Lutèce

[caption id="attachment_13542" align="aligncenter" width="1572"] Les arènes en 1897. Photo de Clément Meurice[/caption]

" Arènes de Lutèce, partie nord découverte en 1869, partie sud mise au jour en 1883-1885, l’ensemble restauré en 1917-1918 ".

Inscription du fronton de l’entrée 49, rue Monge

Pour en retrouver les traces il faut attendre les travaux d'ouverture de la rue Monge entre 1860 et 1869. De ce fait Théodore Vacquer découvre la partie nord des arènes. Puis entre 1883 et 1885, la compagnie générale des tramways effectue des travaux de terrassement pour construire un dépôt. À cette occasion la partie sud des arènes est totalement dégagée. Afin de défendre le site et son intérêt historique, "La Société des amis des Arènes" est créée. L'association peut compter notamment sur le soutien de Victor Hugo. D'ailleurs le courrier que l'auteur écrit en Juillet 1883 va être déterminant dans la sauvegarde du monument. En effet quelques jours après, le conseil se porte acquéreur des vestiges de l'amphithéâtre. Les vestiges sont classés monument historique en 1884.

"Ce n'est pas possible, que Paris, la ville du futur, renonce à la preuve vivante qu'il s'agissait d'une ville du passé." Victor Hugo 

Enfin c'est suite au démantèlement du tramway en 1916 et au percement de la ligne 10 du métro que le chantier est relancé. Cette fois c'est l'anthropologue Louis Capitan qui continue les fouilles jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Grâce à lui une autre partie des arènes est mise à jour. Son chantier vient terminer définitivement le travail de restauration des arènes. Cependant Capitan est un peu déçu. En effet les immeubles construits du côté de la rue Monge ne lui permettent pas de compléter la restauration de l'ensemble du site.

Les arènes de Lutèce aujourd'hui

[caption id="attachment_13549" align="aligncenter" width="2048"] Les arènes de nos jours. Photo Shadowgate/Flickr[/caption]

Aujourd'hui les arènes servent de terrain de jeu aux footballeurs en herbe et aux joueurs de pétanque. C' un lieu paisible et étonnant, qui est situé à seulement 800m au sud de Notre-Dame. L'endroit est loin des sentiers touristiques et permet de se retrouver face à un vestige de Lutèce. Ainsi même si la plupart de l'arène d'aujourd'hui est le fruit du travail de restauration, il n'est pas impossible de laisser travailler son imagination. Assis tranquillement ou debout sur la scène, amusez-vous à imaginer ce que ces arènes ont été. Et puis cet endroit est aussi l'un des seuls qui permettent de se retrouver à la source des véritables origines de Paris.