Le Mont-Saint-Michel, la grande histoire d'une petite île.

Le Mont-Saint-Michel Manche Normandie

materialicons-round-820 Voir le trajet

Le Mont-Saint-Michel est un site magique qui s'élève sur la côte normande. Depuis le Moyen Âge la petite cité et ses habitants vivent au rythme des marées. Le décor sublime semble sortir tout droit des pages d'un livre de contes. Bien que le lieu puisse avoir un côté "château dans les nuages", l'histoire du Mont-Saint-Michel n'est pas aussi lisse qu'on peut le penser. L'histoire millénaire de la petite île Normande commence au 6ème siècle et ne va faire qu'évoluer. Tour à tour, l'île forteresse stratégique se métamorphosera en abbaye, avant de devenir une prison pendant la révolution. L'île avec son apparence de conte de fées et son histoire fascinante, fait du Mont-Saint-Michel, l'une des destinations préférées des Français.

"Un reliquat de Babel. Voilà ce qu'était le Mont-Saint-Michel. Un doigt fier pointé vers les cieux. ... Le Mont jaillissait de cette mer, colossal, comme le tranchant d'un silex patiemment sculpté et posé sur un immense écrin de nacre."

Maxime Chattam dans le sang du temps (2005)

 

L'île aux ermites

Classé au rang d'île aux marées rocheuses, le Mont-Saint-Michel est relié au continent par un remblai complètement submergé à marée haute et découvert à marée basse. En raison de ce phénomène, ce site unique va avoir une grande importance stratégique. Avant de tenir un rôle militaire et stratégique majeur, l'île est bien différente. En effet au Ve siècle l'îlot s’appelle le "Mont-Tombe". À cette époque, seuls quelques moines ermites vivent sur ce rocher qui sert de lieu de culte gallo-romain. 

Le Mont-Saint-Michel, une histoire de fou

[caption id="attachment_13331" align="aligncenter" width="648"] La troisième apparition de saint Michel à l'évêque Aubert.[/caption]

Selon la légende c'est en 708 que l'évêque Aubert d'Avranches voit apparaître l'archange Saint-Michel pour la première fois. D'après le religieux, l'ange lui aurait demandé de faire bâtir un sanctuaire en son nom, au sommet du Mont-Tombe. L’évêque croyant devenir fou décide de ne rien faire. Cependant l'archange Saint-Michel revient par deux fois rendre visite à l'évêque. Mais l'évêque qui doute toujours de la réalité, fini par demander à l'archange une preuve de son apparition. Saint Michel est furieux de la désobéissance de l'évêque. Alors une nuit il décide de lui démontrer son pouvoir en lui faisant un trou dans le crâne avec son doigt. En se réveillant le lendemain matin, l'évêque comprend que ses rêves sont bien réels. Terrifié, Aubert s’exécute en faisant bâtir et consacrer une petite église sur l'îlot Normande.

Une architecture en constante évolution

[caption id="attachment_13327" align="aligncenter" width="1527"] Le Mont-Saint-Michel sur une carte postale de 1900.[/caption]

Pendant les siècles suivants, cette église va subir de nombreux changements. D'abord en 966 quand le duc de Normandie, Richard Ier, installe une communauté de moines bénédictins. Ce sont eux qui vont faire redessiner le lieu de culte dans un style préroman. Cette esthétique mêle à la fois des éléments méditerranéens et germaniques. Cette transformation importante intervient lorsque naît la petite abbaye. Au siècle suivant l'église est une nouvelle fois reconstruite. Cette fois, elle adopte l'architecture romane, avec des arcs peu profonds, des plafonds voûtés et des petites fenêtres. La nouvelle église de l'abbaye s'élève désormais à la pointe du rocher. L'abbaye du Mont-Saint-Michel prospère et devient un lieu de pèlerinage incontournable pour qui veut admirer les reliques de Saint-Michel. Ce fabuleux essor spirituel et économique est dû principalement aux travaux des moines. En effet grâce aux Bénédictins qui étudient, produisent et conservent de nombreux manuscrits, le Mont devient un centre culturel incontournable. A cette époque le Mont-Saint-Michel est même surnommé la "Cité des livres". Cette période faste va durer jusqu'au XIIe siècle, quand un terrible incendie va détruire une grande partie de l'abbaye.

Le Mont-Saint-Michel à feu et à sang

[caption id="attachment_13343" align="aligncenter" width="1920"] La "pyramide merveilleuse" décrite par Victor Hugo[/caption]

Au XIIe siècle, le roi de France est bien décidé à reprendre la Normandie. Pour cela Philippe Auguste est aidé dans sa quête par un allié, le Breton Guy de Thouars. Ce dernier constitue une armée et fait attaquer le Mont-Saint-Michel. Cependant l'abbaye résiste et Guy de Thouars et ses hommes sont obligés de se replier. Avant ce retrait, la fureur du Breton s’abat sur les villageois qui sont massacrés, et sur l'abbaye qui est incendiée. L'abbaye du Mont-Saint-Michel en grande partie détruite n'est plus qu'une ruine fumante. L'église est révoltée par l'incendie et la destruction de l'abbaye. Le Roi qui veut éviter les problèmes avec le clergé, est contraint de financer sa reconstruction. Cette fois elle sera gothique. À cette occasion l'église est agrandie et rehaussée et en 1228 l'abbaye est terminée. Le nouvel édifice construit sur un terrain difficile en dit long sur le savoir-faire des constructeurs de l’époque. D'ailleurs bien plus tard Victor Hugo va comparer la silhouette du Mont-Saint-Michel à une "pyramide merveilleuse".

Le Mont-Saint-Michel, un village fortifié

[caption id="attachment_13330" align="aligncenter" width="1555"] Combat entre l'Archange Saint-Michel et le dragon au-dessus du Mont Saint-Michel, à marée basse. Sept anges entourent la miniature et observent la scène dans des médaillons entourés de nuages argentés©Photo. R.M.N. / R.-G. OjŽda[/caption]

Au XIVème siècle l'île abrite un petit village prospère. Celui-ci s'est agrandi et développé en même temps que son abbaye. La petite cité vit tranquillement à l'abri de ses fortifications, le Mont étant devenu une petite forteresse du duché de Normandie. Depuis des siècles le Mont-Saint-Michel a toujours été protégé. Mais avec le temps l'endroit est devenu un lieu de passage important. De plus son emplacement stratégique est d'une importance capitale pour l'armée du Roi. Alors quand la guerre de Cent Ans débute au XIVe siècle, le pouvoir décide de renforcer ses fortifications. Pour cela on fait bâtir sur une épaisse muraille 7 tours défensives qui vont protéger l'île des attaques anglaises pendant près de 30 ans. La bataille fait rage entre les Français et les Anglais jusqu'en 1415 et la défaite de l’armée française à Azincourt. Désormais les Anglais occupent toute la Normandie et vont tenter à de nombreuses reprises de prendre le Mont-Saint-Michel. Mais c'est en vain car le Mont résiste encore et toujours. Ainsi la forteresse parvient à résister vaillamment à un siège qui dure près de vingt ans. Il faut dire que l'île est protégée naturellement. D'une part grâce à la mer et d'autre part grâce au sable de la baie qui l'entourent. Et puis les 400 hommes qui défendent la forteresse comptent énormément sur la protection surnaturelle de l'archange Saint Michel. D'ailleurs les assiégés sont d'autant plus galvanisés depuis qu'une rumeur raconte, que le saint se serait manifesté auprès de Jeanne d'Arc.

Touché mais pas coulé

Le Mont-Saint-Michel sort encore une fois victorieux de la guerre, mais cette fois il est gravement touché. Sur l'îlot les maisons et l'abbaye sont en ruine et les murailles des remparts éventrées. Dans ce chaos l'espoir va renaître grâce au soutien de la papauté. En effet le pape Martin V va accorder des indulgences à ceux qui soutiendront l'effort de reconstruction. Cette incroyable résistance du Mont-Saint-Michel face à l'envahisseur contribue à sa légende. Alors les pèlerins reviennent petit à petit, pour remercier l’archange Saint-Michel de sa protection. Cependant avec "la Réforme" qui se propage dans l'Europe du XVIe siècle, l'île va perdre peu à peu, son influence religieuse. Ainsi débute une longue agonie pour le Mont-Saint-Michel.

La Bastille des mers

[caption id="attachment_13341" align="aligncenter" width="2048"] Louis XI est le premier Roi à utiliser le Mont-Saint-ichel comme prison. Photo Jorge Láscar/Flickr[/caption]

Le déclin du Mont est bien entamé et les pèlerinages religieux se font de plus en plus rares. Malgré ce constat des moines bénédictins décident de s'y installer en 1622. Les religieux vont s’efforcer tant bien que mal de relancer l'activité de l'abbaye. Cependant malgré leurs nombreux efforts le Mont-Saint-Michel ne retrouve pas son aura d’antan. L'argent manque pour entretenir correctement les bâtiments et le pouvoir Royal décrète l'utilisation du Mont-Saint-Michel comme prison. Cette situation va durer jusqu'en 1791 et la fermeture de l'abbaye. Car à cette époque les révolutionnaires Français confisquent tous les biens de l'église et les déclarent biens nationaux. Le Mont-Saint-Michel devient également une commune qui est rebaptisée "Mont Libre". Malgré tout le lieu sert toujours de prison. Celle qu'on appelle maintenant "la Bastille des mers", accueille principalement des prêtres et des opposants à la nouvelle République. Ainsi le Mont-Saint-Michel va servir de prison jusqu'en 1863, année de sa fermeture définitive. À cette époque l'abbaye et ses bâtiments sont délabrés et plusieurs incendies ont eu raison de l'église. Cet état désastreux oblige des personnalités comme Victor Hugo, à faire campagne pour la fermeture de la prison. L'établissement pénitentiaire est fermé et les 650 prisonniers sont transférés dans un autre endroit. L'abbaye devenue déserte est louée à un évêque.

Une merveille ressuscitée

[caption id="attachment_13329" align="aligncenter" width="1637"] Tramway de la Compagnie des tramways normands entre Pontorson et le Mont-Saint-Michel.[/caption]

En 1874, le Mont-Saint-Michel est classé Monument Historique et le président de la république Mac Mahon demande que le site soit réhabilité. Pour cela l'état engage des travaux de restauration très importants qui vont durer jusqu'à la fin du XIXe siècle. Durant cette période les autorités font construire une digue surmontée d'une route afin de relier l'île au continent. Puis viendra ensuite s'installer une ligne de tramway. Ces nouvelles voies d'accès vont grandement faciliter la venue de visiteurs. Enfin il faut attendre 1897 pour que soit posée la dernière touche décorative au Mont-Saint-Michel. Ce jour-là l'abbaye ressuscitée voit arriver la célèbre statue de l’archange Saint-Michel terrassant le dragon. D'ailleurs si dans l'histoire l'archange est capable de vaincre le feu du dragon, sa statue est capable de vaincre les éclairs. En effet l'œuvre qui est installée sur la flèche de l’abbaye sert aussi de paratonnerre. Ce n'est qu'en 1922 que les moines retournent sur l'île. Avec cette présence l'île peut redevenir un lieu de pèlerinage religieux. Puis il faut attendre 1969 pour que le culte reprenne dans l’abbatiale.

Le Mont-Saint-Michel de nos jours

[caption id="attachment_13328" align="aligncenter" width="1620"] Le Mont-Saint-Michel avec sa nouvelle passerelle à marée haute en 2014. Photo Mathias Neveling/wikipedia[/caption]

En 1979 le site est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Aujourd'hui, Le Mont-Saint-Michel est l'un des endroits les plus visités en France avec ses 2,5 millions de touristes par an. Pour que cela soit possible en toute sécurité, les autorités doivent constamment surveiller l'état du monument et de ses alentours. Notamment à cause des dégâts irrémédiables que peuvent provoquer la nature et le temps. C'est le cas par exemple en 2016, quand la digue servant aussi de route doit être détruite. Les responsables du site ont découvert que cette voie était directement responsable de l'ensablement du site. Cette situation menace l'existence du Mont-Saint-Michel. Alors pour y remédier, la route est remplacée par une passerelle. Celle-ci est interdite aux voitures et permet à la mer, de se déplacer et de  ne pas stagner à marée haute. Enfin que ce soit à cause de son histoire millénaire, de son architecture éclectique ou de son importance religieuse, ce chef-d'œuvre médiéval continue d'enchanter ses visiteurs. Aucun doute sur le fait que cela dure encore pendant des siècles.