La petite histoire de la Grande Halle de la Villette

211 Av. Jean Jaurès Paris

materialicons-round-820 Voir le trajet

Plongeons dans le passé, au cœur de Paris, entre 1865 et 1867. C’est là que se dressait à l’époque une structure impressionnante « La grande halle aux bœufs » était la plus imposante des trois halles dédiées à la vente de bestiaux. Rebaptisée aujourd’hui « Grande Halle de la Villette », elle est la seule à avoir garder son emplacement d’origine, et la seule à avoir survécu à l'épreuve du temps. Bienvenue dans l’histoire de la Grande Halle de la Villette.

 

La création des halles de la Villette

Les abattoirs de la Villette en 1867

En 1865, Paris est une ville en pleine transformation. Le Baron Haussmann, sous l'ordre de Napoléon III, décide de changer le visage de la capitale. Il crée un lieu unique à la Villette, rassemblant les abattoirs et les marchés aux bestiaux de Paris. Les trois immenses halles sont conçues par Jules de Mérindol, un élève de Victor Baltard, avec l'aide de Louis-Adolphe Janvier. Cette halle est alors le plus grand édifice parisien en métal. L’édifice s'élève fièrement au sud du canal de l'Ourcq, tandis que les abattoirs prennent place au nord.

Embed from Getty Images 

La Grande Halle, qui s'étend sur 26 000 m², mesure 245 mètres de long, 85 mètres de large et 19 mètres de haut. À l’époque la grande halle de la Villette est entourée de deux autres halles plus petites, séparées par de larges avenues. On en trouve une à l’ouest pouvant abriter 3 900 moutons à l'ouest, et une autre à l’est, capable d’accueillir 1 950 veaux et 3 240 porcs.

Faire face à la modernité

Embed from Getty Images

Le 21 octobre 1867, le rideau se lève sur ce nouveau complexe. Le jour de son inauguration elle pouvait accueillir jusqu'à 1 360 gros bovins, avec des marchés animés tous les lundis et jeudis. La Villette devient alors un monde à part, avec ses propres règles et hiérarchies, un endroit à la fois fascinant et inquiétant. Imaginez, vers 1900, jusqu'à 23 000 moutons et 5 000 bœufs y étaient abattus quotidiennement. Mais face à l'augmentation perpétuelle de la demande, les conditions sanitaires se dégradent, jusqu'à ce que que le fameux "scandale de la Villette" éclate, et fasse les gros titres.

 

Au début du XXe siècle, les abattoirs commencent à peiner face à la demande croissante de viande. En 1930, des efforts de modernisation sont faits, mais les problèmes ressurgissent dans les années 1950. L'industrie frigorifique émerge, rendant l'abattage sur les lieux d'élevage plus rentable. Malgré cela, en 1959, un ambitieux projet de reconstruction des abattoirs voit le jour. Mais voilà, entre retards et coûts exorbitants, le projet se heurte à des obstacles. Les travaux s'arrêtent en 1970, et le 14 mars 1974, les abattoirs ferment définitivement leurs portes.

La renaissance des halles de la Villette

Paris Parc de la Villette Grandes Halles 2 

C'est en 1979 que La Villette renaît de ses cendres. Sur 55 hectares, le site se transforme en un complexe inédit mêlant nature, architecture, loisirs et culture : le parc de La Villette. Avec la création du parc de la Villette sur les vestiges des abattoirs, la Grande Halle a entamé un nouveau chapitre. Depuis 1993, elle s'est transformée en un lieu vibrant de culture, accueillant divers événements et salons sous la gestion de l'Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette (EPPGHV).

 

Lorsque le parc de la Villette fut aménagé, la halle aux veaux, en mauvais état, fut détruite en 1980. La halle aux moutons, quant à elle, fut soigneusement démontée en 1986 et acquise par le département de la Seine-Saint-Denis, qui espérait la reconstruire ailleurs. La Halle aux cuirs, témoin de l'histoire des peaux traitées à La Villette, s'offre également une nouvelle vie culturelle. Et pour couronner le tout, depuis le 2 mars 1979, la Grande Halle est reconnue comme monument historique, témoignant de son importance et de son héritage dans l'histoire parisienne.