Marie Curie : une vie pleine de découvertes

Rédigé le 03/07/2024
Ystory

"Dans la vie, rien n'est à craindre, tout est à comprendre. Maintenant, c'est le moment de comprendre davantage, pour que nous puissions craindre moins." – Marie Curie


Marie Curie, née Maria Sklodowska, est l'une des figures les plus emblématiques de la science moderne. Récompensée par deux Prix Nobel, elle est non seulement une pionnière dans le domaine de la physique et de la chimie, mais aussi un modèle inspirant pour les femmes scientifiques du monde entier. Cet article explore comment elle a navigué dans un monde académique hostile pour devenir une légende.

 


Note aux lecteurs : Soyons clair !

Les livres que nous vous proposons à travers l'article sont vendus en affiliation avec nos partenaires commerciaux. Ce sont les commissions que nous touchons sur chaque vente, qui permettent de soutenir et financer Ystory dans la construction de cette mémoire collective multimédia. Pour voir l’offre que nous avons sélectionné, cliquez simplement sur le livre. Nous sélectionnons soigneusement les ouvrages en fonction de leur pertinence et de leur qualité afin de vous offrir les meilleures ressources sur le sujet.


Une jeune femme ambitieuse dans une société conservatrice

Éducation et obstacles en Pologne

Ulica Freta 16., Maria Skłodowska-Curie Múzeum. Fortepan 101314

La maison natale de Marie Curie au 16 rue Freta à Varsovie 

Née le 7 novembre 1867 à Varsovie, Maria Sklodowska est la plus jeune de cinq enfants dans une famille d'enseignants. Ses parents, fervents patriotes, lui inculquent dès son plus jeune âge l'importance de l'éducation et de la connaissance. La Pologne, sous occupation russe, impose de sévères restrictions à l'éducation des femmes. Pourtant, Maria excelle dans ses études, manifestant très tôt une passion pour les sciences.

 

À l'époque, les universités polonaises n'acceptent pas les femmes, un obstacle majeur pour Maria. Déterminée à poursuivre ses rêves, elle conclut un pacte avec sa sœur aînée, Bronia. Maria travaille comme préceptrice pendant plusieurs années pour économiser suffisamment d'argent pour rejoindre Bronia à Paris et étudier à la Sorbonne. Ce sacrifice marque le début de son périple vers la reconnaissance scientifique.

Migration et études à Paris

Pierre Curie (1859-1906) and Marie Sklodowska Curie (1867-1934), c. 1903 (4405627519)

En 1891, Maria arrive à Paris et s'inscrit à la Sorbonne sous le nom de Marie Sklodowska. Consciente de ses lacunes en sciences fondamentales, elle se plonge dans ses études avec une détermination sans faille. En 1893, elle obtient une licence en sciences physiques avec la mention très bien, suivie d'une licence en sciences mathématiques en 1894. Sa rigueur et sa passion pour la science lui valent rapidement la reconnaissance de ses professeurs.

Marie Curie c. 1898

Marie Curie en 1898 

La même année, grâce à un petit contrat de recherche sur les propriétés magnétiques des aciers, Marie rencontre Pierre Curie, un physicien déjà reconnu pour ses travaux sur la piézoélectricité. Leur rencontre est déterminante, tant sur le plan personnel que professionnel. Ils se marient en 1895 et commencent une collaboration scientifique qui marquera l'histoire. Leur union est une véritable fusion de deux esprits brillants, chacun inspirant et soutenant l'autre.

 

Marie Curie et ses découvertes révolutionnaires

Découverte du Polonium et du Radium

Pierre and Marie Curie

Pierre et Maria Skłodowska-Curie en laboratoire, présentant le dispositif expérimental utilisé pour détecter l'ionisation de l'air, et donc la radioactivité d'échantillons de minerai purifié, qui a permis leur découverte du radium.

En 1898, les Curie découvrent deux éléments radioactifs : le polonium, nommé ainsi en hommage à la Pologne, et le radium. Leurs recherches sur la radioactivité, un terme inventé par Marie, révèlent des propriétés fascinantes et ouvrent de nouvelles voies en physique et en chimie. Les découvertes des Curie démontrent que la radioactivité est une propriété intrinsèque de la matière, bouleversant les concepts scientifiques de l'époque.

Marie Curie-Theses 1903 

Thèse de Doctorat de Marie Curie sur les matières radioactives

Ces découvertes ne sont pas seulement théoriques ; elles ont des applications pratiques immenses, notamment dans le domaine médical. La radioactivité du radium, par exemple, se révèle être une arme puissante contre certaines maladies, notamment le cancer. Ces travaux révolutionnaires leur valent le Prix Nobel de physique en 1903, partagé avec Henri Becquerel pour leurs recherches sur les phénomènes de radiation.

 

Prix Nobel de Physique 1903, la reconnaissance internationale

Nobel Pierre et Marie Curie 1

Le prix Nobel du couple Curie en 1903 

Marie Curie devient ainsi la première femme à recevoir un Nobel, un exploit qui atteste de sa rigueur scientifique et de sa contribution inestimable à la science. Ce prix place les Curie au sommet de la reconnaissance internationale et ouvre la voie à des financements et des collaborations prestigieuses. Pourtant, le chemin vers cette reconnaissance n'a pas été sans défis. Marie et Pierre ont travaillé dans des conditions extrêmement difficiles, souvent dans un hangar mal équipé et exposés à des radiations dangereuses sans le savoir.

 

Marie Curie, défis et triomphes

Première Femme Professeure à la Sorbonne

Marie-curie-Colorized

La mort tragique de Pierre Curie en 1906 est un coup dur pour Marie, tant sur le plan personnel que professionnel. Cependant, elle surmonte cette épreuve avec une résilience remarquable. Nommée à la chaire de physique de son défunt mari à la Sorbonne, elle devient la première femme à enseigner à cette prestigieuse institution. Son premier cours attire une foule de curieux et de journalistes, marquant un moment historique pour les femmes dans l'éducation supérieure.

En 1908, Marie est officiellement nommée professeure titulaire, une reconnaissance de ses compétences et de son dévouement. Malgré les défis personnels, elle continue de mener des recherches pionnières et de former de jeunes scientifiques, inspirant ainsi une nouvelle génération de chercheurs. Son parcours académique, jalonné de succès et de défis, illustre sa détermination à avancer malgré les obstacles.

Le Scandale Langevin

Paul Langevin, french physician, Cambridge (UK) in 1897

Paul Langevin en 1897 à Cambridge

En 1911, la vie personnelle de Marie Curie est secouée par un scandale public. Elle entretient une relation avec Paul Langevin, un physicien et ancien élève de Pierre Curie, qui est marié mais séparé de son épouse. Lorsque leur liaison est révélée par la presse, Marie Curie est violemment attaquée et calomniée. Le scandale éclate peu de temps après l'annonce de son deuxième Prix Nobel de chimie, ce qui amplifie l'attention médiatique.

 

La presse française, souvent influencée par des sentiments xénophobes et antiféministes, se déchaîne contre Marie Curie, la décrivant comme une étrangère et une femme immorale. Des foules en colère se rassemblent devant sa maison, la forçant à se cacher temporairement avec ses filles. Malgré cette tourmente, elle refuse de quitter la France ou d'abandonner ses travaux scientifiques. Albert Einstein, parmi d'autres scientifiques, prend publiquement sa défense, louant son courage et sa détermination. 

Engagement et Contributions Pendant la Guerre

Marie Curie - Mobile X-Ray-Unit

Marie Curie vers 1915, au volant d’une « petite Curie », une unité mobile de radiologie

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, Marie Curie met son expertise scientifique au service de l'effort de guerre. Elle développe des unités radiologiques mobiles, surnommées « petites Curie », pour aider à localiser les éclats d'obus chez les blessés. Ces unités, déployées sur les champs de bataille, sauvent des milliers de vies et marquent une avancée significative dans l'utilisation pratique de la radiologie.

 

Parallèlement, Marie Curie promeut l'utilisation du radium pour traiter les cancers. Ses travaux ouvrent la voie à la radiothérapie, une technique qui est encore utilisée aujourd'hui pour combattre diverses formes de cancer. Son engagement durant la guerre et ses contributions médicales soulignent son désir de voir la science utilisée pour le bien de l'humanité, au-delà des laboratoires et des théories. En plus de son travail de terrain, elle forme également des centaines de femmes à utiliser les équipements radiologiques, élargissant ainsi l'impact de ses innovations.