Jean Zay et l'Éducation nationale : la cible de Vichy

Rédigé le 17/06/2024
Ystory


« L'homme qui forge son malheur en se créant des besoins et des désirs, pourquoi manque-t-il tant d'imagination quand il s'agit de s'inventer des satisfactions ? » Jean Zay dans « Souvenirs et solitude »

Le 20 juin 1944, Jean Zay, figure emblématique de la République française, tombait sous les balles de la Milice française. 80 ans plus tard, son héritage résonne plus fort que jamais. Ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts durant le Front Populaire, Jean Zay a mené des réformes audacieuses et modernes, tout en faisant face à une persécution implacable de la part de l'extrême droite et du régime de Vichy. Son parcours, marqué par la passion, l'engagement et le tragique, continue d'inspirer les défenseurs de la démocratie et de l'éducation.


Note aux lecteurs :

Les livres que nous vous proposons à travers l'article sont  en affiliation* avec nos partenaires commerciaux, permettent de soutenir et financer Ystory dans la construction de cette mémoire collective multimédia. Pour voir l’offre cliquez simplement sur le livre. Nous sélectionnons soigneusement les ouvrages en fonction de leur pertinence et de leur qualité afin de vous offrir les meilleures ressources sur le sujet.


Jean zay : Les racines d’un jeune républicain

Origines Familiales et Contexte

Jean Zay est né le 6 août 1904 à Orléans dans une famille à la fois juive et protestante. Son père, Léon Zay, était un juif laïc, rédacteur en chef du journal radical-socialiste "Le Progrès du Loiret". Sa mère, Alice Chartrain, était une institutrice protestante. Ce milieu familial, ancré dans les valeurs républicaines et laïques, a profondément marqué Jean Zay. Il grandit dans une atmosphère où la politique et l'engagement social étaient omniprésents, ce qui forgea son caractère et ses convictions dès son plus jeune âge.

Les Zay étaient profondément enracinés dans la tradition républicaine française. Leur maison était un lieu de débats intellectuels et de discussions passionnées sur l'avenir de la France. Ce contexte familial a donné à Jean Zay une perspective unique sur les luttes pour la justice sociale et la démocratie, perspectives qui guideront ses actions tout au long de sa vie.

La jeunesse et l'éducation de Jean Zay

Maison natale Jean-Zay

La Maison natale de Jean Zay située 29 rue du Parc à Orléans.

Jean Zay s'illustre très tôt par ses qualités intellectuelles exceptionnelles. Élève brillant, il est primé en 1922 au Concours général de composition française. Il développe un goût prononcé pour la littérature et la philosophie, se montrant particulièrement intéressé par les débats intellectuels de son temps. Ses aptitudes littéraires lui permettent de s'exprimer avec une éloquence rare, un talent qu'il utilisera plus tard avec brio dans sa carrière politique.

Pendant ses années de lycée, Jean Zay fonde avec ses amis un hebdomadaire intitulé "Le Potache Bouillant". Ce journal scolaire, à la fois critique et satirique, témoigne de son esprit vif et de son engagement précoce. Parallèlement, il est un lecteur vorace, absorbant des œuvres classiques et modernes, ce qui enrichit sa pensée et sa capacité d'analyse.

L’Ascension Politique

Entrée en Politique

Embed from Getty Images

Jean Zay en 1937 participant au défilé des fêtes johanniques d'Orléans

En 1925, à seulement 21 ans, Jean Zay adhère au Parti Radical, un choix qui marque le début de sa carrière politique. Son engagement est motivé par une volonté de justice sociale et une foi inébranlable en la République. En 1928, il ressuscite la section d'Orléans des Jeunesses Laïques et Républicaines (JLR), une organisation militante qui deviendra pour lui une base politique solide.

Jean Zay se distingue rapidement au sein des JLR par son dynamisme et ses talents oratoires. Il organise des conférences, multiplie les interventions et fonde de nouvelles sections dans le Loiret. Élu vice-président de la Fédération Nationale des JLR en 1930, il se fait connaître au-delà de sa région, devenant une figure montante du Parti Radical.

Un député réformateur

Embed from Getty Images

« Il est fâcheux de constater combien tout ce qui est réactionnaire, clérical, royaliste, trouve un aimable accueil dans notre armée » Jean Zay dans « Lettres de la drôle de Guerre »

En 1932, à l'âge de 27 ans, Jean Zay est élu député du Loiret. Sa campagne électorale, marquée par son éloquence et son engagement sincère, lui permet de gagner la confiance des électeurs. Au Parlement, il défend avec ardeur l'union de la gauche et milite pour des réformes sociales et éducatives ambitieuses.

Jean Zay devient rapidement l'un des jeunes espoirs du Parti Radical. Son style direct et sa capacité à articuler des idées complexes en termes simples lui valent le respect de ses pairs et la reconnaissance du public. Il s'impose comme un défenseur infatigable des valeurs républicaines, prônant une modernisation de l'État et une démocratisation de l'éducation.

jean Zay, Ministre de l’Éducation Nationale

Embed from Getty Images

Jean Zay, Georges Monnet, Vincent Auriol, Charles Spinasse, Léon Blum et Albert Rivière quittant le palais de l'Elysée après le conseil des ministres, à Paris, France le 14 octobre 1936.

« Les Français souffraient de n'avoir personne à aimer : on ne leur apprenait qu'à railler. » Jean Zay dans « Souvenirs et solitude »

La nomination d'un tout jeune Ministre

Jean Zay, 1937

Jean Zay en 1937, pendant un conseil des ministres du Gouvernement Camille Chautemps.

En juin 1936, Jean Zay est nommé ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts par Léon Blum, alors Premier ministre du Front Populaire. À 31 ans, il devient le plus jeune ministre de la Troisième République. Cette nomination audacieuse symbolise un pari sur la jeunesse et l'innovation, deux traits caractéristiques de Jean Zay.

Le contexte politique de l'époque est marqué par une grande effervescence sociale. Les réformes du Front Populaire visent à améliorer les conditions de vie des travailleurs et à renforcer les institutions démocratiques. Dans ce cadre, Jean Zay se voit confier la mission de transformer le système éducatif français, une tâche qu'il entreprend avec une énergie et une détermination remarquable.

Ses réformes éducatives

Embed from Getty Images

Jean Zay est à l'origine de réformes profondes et novatrices dans le domaine de l'éducation. L'une de ses premières mesures est de prolonger la scolarité obligatoire jusqu'à l'âge de 14 ans, une avancée majeure pour l'époque. Il réduit également la taille des classes à un maximum de 35 élèves, afin de favoriser un meilleur encadrement et une pédagogie plus efficace.

Il introduit des activités périscolaires et l'éducation physique obligatoire, répondant ainsi aux besoins d'un enseignement plus équilibré et diversifié. Ces réformes visent à démocratiser l'éducation, à favoriser l'égalité des chances et à préparer les jeunes à devenir des citoyens éclairés et responsables.

Initiatives culturelles

Cliché gala 10 fév 1939 détail 2

Le 10 février 1939, présentation du Jiu-Jitsu. Au premier rang de gauche à droite : Charles Faroux, Irène Joliot-Curie, Jean Zay.

Outre ses réformes éducatives, Jean Zay joue un rôle crucial dans la promotion de la culture en France. Il est à l'origine de la création du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) en 1939, et il soutient la fondation de l'École Nationale d'Administration (ENA), destinée à former les futurs hauts fonctionnaires de l'État.

 

Jean Zay est également à l'origine de la création du Festival de Cannes, qui devait tenir sa première édition en 1939 mais fut reportée en raison de la guerre. Sa vision était de faire de ce festival un lieu de rencontre et de célébration des arts cinématographiques du monde entier, promouvant ainsi la culture et le dialogue international.

 

 

 

Son travail de ministre de l’Éducation nationale a fondé l’école d’aujourd’hui, il faut en retenir :

  • L’augmentation de la scolarité obligatoire, en prolongeant la scolarité obligatoire jusqu’à l’âge de 14 ans.
  • La recherche de l’égalité, pour que tous les enfants aient les mêmes chances de réussir.
  • Les activités périscolaires une fois par semaine pour développer la curiosité des enfants et ouvrir l’école vers le monde extérieur.
  •  La place de la santé dans l’école avec le développement de l’éducation physique et sportive à l’école et de la médecine scolaire, et la création d’une fédération sportive scolaire.
  • L’intégration des activités culturelles dans l’école notamment en développant des bibliothèques scolaires.